top of page

L'Huile de Millepertuis

Véritable panacée dans la tradition populaire, le millepertuis est l’une des plantes médicinales les plus utiles de la planète pour son action majeure sur les blessures physiques, morales et spirituelles. Elle nous éclaire non seulement pour prendre en main notre santé, mais aussi pour fortifier notre esprit et notre cœur sur les chemins escarpés de l’effondrement.


On l’appelle aussi herbe à la brûlure, herbe aux piqûres, herbe du mal, herbe aux mille vertus, chasse-diable. Son nom d’herbe de Saint-Jean existe dans presque toutes les langues européennes, dont en anglais : St John’s wort.


Herbe emblématique du Soleil, elle est célébrée pendant le culte païen du solstice d’été et associée au dieu Baldur des pays nordiques, le dieu de la Lumière. Après la christianisation, elle fut reliée à saint Jean-Baptiste le 24 juin, le suc rouge de la plante symbolisant le sang du martyr. Imprégnée de magie, elle est associée aux fées et aux esprits de la nature. La tradition du millepertuis comme herbe de protection des influences maléfiques pour les personnes ou les bâtiments se retrouve partout en France et perdure dans les Pyrénées à la fête de la Saint-Jean.



Approche énergétique Astre : le Soleil. Genre : masculin. Élément : le feu. Chakras : associé au plexus solaire et au troisième œil.


Propriétés Analgésique, apaisante sur les nerfs, anti-inflammatoire, antiseptique, antimicrobienne, antibactérienne, antivirale, antifongique, aide à la guérison des plaies, antispasmodique, astringente, diurétique.




▤ Les vertus médicinales de l’huile rouge ▤

Pour les plaies

Longtemps associée aux blessures de guerre – pendant les croisades, les soldats emportaient avec eux l’huile rouge et l’alcoolature de millepertuis comme remèdes –, l’huile de millepertuis est reconnue aujourd’hui pour aider à la guérison et à la cicatrisation des plaies grâce à sa teneur en hyperforine, qui s’oppose à la prolifération des germes bactériens et viraux, même sur des lésions sévères comme les plaies de perforation (Andrew Chevallier).

Elle a une action antitétanique (Sajah Popham).

Elle accélère la cicatrisation des actes chirurgicaux, dont les épisiotomies, les césariennes ou les piercings.

On l’utilise sur les écorchures, les égratignures, les contusions, les griffures de chat, les morsures d’animaux, les piqûres de guêpe ou les crevasses.

Posologie : deux applications par jour avec une compresse imbibée d’huile rouge sur les plaies, auparavant lavées puis désinfectées.

Pour des lésions sérieuses, procéder de même 3 à 5 fois par jour jusqu’à guérison complète.

S’applique également aux soins des animaux.



Pour les brûlures et les soins de la peau

Placée sous le signe du feu, l’huile rouge a une longue tradition populaire pour traiter les brûlures du premier et second degrés, accélérant leur cicatrisation et évitant l’infection.

Elle soulage admirablement les coups de soleil, les érythèmes fessiers, partout où la peau rougit, est irritée : boutons, dartres, eczéma, psoriasis.

Elle protège et adoucit la peau avant et après exposition de radiations ionisantes (Susun S. Weed).

Riche en antioxydants, l’huile rouge a des propriétés cosmétiques intéressantes : anti-âge, elle répare les peaux abîmées par le soleil, le froid, le vent et le tabac.


Pour les lésions nerveuses et les douleurs

Grâce à son affinité avec le système nerveux, la plante apaise les traumatismes des nerfs dans les mains et les pieds, calme les névralgies, y compris dentaires, les sciatiques, les cruralgies, les douleurs intenses avec élancements, les fourmillements, les pertes de sensibilité (Anne McIntyre).

Spécifique des infections virales nerveuses, elle traite également la varicelle, le zona et l’herpès, dont elle prévient la résurgence. Elle soulage l’inflammation des muscles et des articulations : mal de dos, lumbago, rhumatismes, arthrite, goutte, spasmes musculaires, crampes et rigidités dans la nuque ou les épaules. Relaxant musculaire, elle s’avère profitable pour les fibromyalgies et le Syndrome d’Ehlers-Danlos (SED).


Précautions d'emploi de l'huile de millepertuis

La présence de phytostérols (hyperforine et hypericine) rend le macérât huileux de Millepertuis photosensibilisant. Il est donc fortement recommandé de ne pas s'exposer au soleil après application cutanée.

De plus, le millepertuis peut provoquer des interactions avec d'autres médicaments.

Il est préférable de ne pas l'utiliser en cas de traitement médicamenteux (notamment antidépresseur et contraceptif). Pour tout emploi de millepertuis (y-compris sous une forme autre que le macérât), sollicitez l'avis de votre médecin.

Par mesure de précaution, il est préférable d'éviter l'usage du Millepertuis chez les femmes enceintes, allaitantes (et les enfants de moins de 6 ans.

Le macérât huileux de Millepertuis n'est pas destiné à la voie interne.

Son usage par voie orale est proscrit.



33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page