top of page

ISHTAR, la Vénus Sumérienne

ISHTAR (ou INANNA) est la Déesse de la Vie, de la Fertilité, de l'Amour et de la Guerre.

Cette puissante déesse Mésopotamienne est la première divinité connue pour laquelle nous avons des traces écrites. Bien qu'elle soit largement méconnue de nos jours, cette ancienne et puissante divinité avait un rôle complexe et influent dans les religions et les cultures du Proche-Orient ancien.

Elle fut pendant plus de trois millénaires une importante figure divine. En effet initialement célébré dans la ville d’Uruk, son culte se répandit à travers toute la région. Elle est associée à la planète Vénus c’est-à-dire sa représentation avec une étoile à 8 branches. Par la suite , elle sera assimilée par les phéniciens à leur déesse Astarté. Aphrodite chez les grecs, Vénus chez les romains, Lilith chez les hébreux, etc.


ISHTAR

Les sources mésopotamiennes nous présentent une image déconcertante et apparemment contradictoire de la déesse Ishtar. D'un côté, elle était l'auguste Reine des Cieux assise sur un trône avec une bordure d'étoiles et était appelée “Ishtar des Étoiles", la Reine des reines, la Dame des dames, la Déesse des déesses, la Très-Haute, et la Maîtresse des pays. Elle était la Créatrice des dieux et de toute l'humanité, la Mère des hommes, la Mère compatissante de celles qui donnent naissance. Elle était la Pure, la Sainte, l'Innocente, la Sage et la Fille vierge de la Lune ou “Ishtar de la Sagesse", une épousée voilée, dont la caractéristique primaire était la pureté, la chasteté, la prudence, la sagesse et la très grande beauté. Depuis les temps les plus anciens, ses épithètes constantes étaient "Sacro-sainte" et "Vierge". Elle était associée à la planète Vénus et sa représentation symbolique la plus courante était l'étoile à 8 branches. Dans l'iconographie assyrienne, elle est souvent représentée comme une figure féminine entourée par une forte luminosité.


Étoile d'ISHTAR

L'épithète la plus commune de la Déesse dans les inscriptions royales était "la Dame de la bataille et du combat". Elle est souvent représentée debout sur un lion ou une panthère et est dénommée "la lionne" ou "la vache sauvage qui donne un coup de corne à l'ennemi".

Femme, elle était aussi mâle et elle est occasionnellement représentée avec une barbe.

En assumant un caractère androgyne, elle était comme la planète Vénus, qui était féminine en tant qu'Étoile du soir mais mâle, en tant qu'Étoile du matin, et elle possédait le pouvoir de changer les femmes en hommes et les hommes en femmes.

ISHTAR apparaît donc, de toute évidence, comme un Archétype du Féminin Sacré, dont l'histoire et les enseignements nous mèneront vers notre mission Divine.



Renouer le lien avec la Déesse

Dans le monde actuel, la femme a deux alternatives. Soit elle s’identifie au héros masculin ou à son masculin intérieur, soit elle s’identifie à la "superwoman" ou la "big mother" toute-puissante.

Pour se libérer de ces 2 schémas réducteurs, il est possible d’explorer sa psyché inconsciente pour y découvrir l’archétype de la déesse et se relier à lui. C’est là une manière souveraine de lutter contre l’asservissement et la destruction de l’âme et de la nature féminines, de rétablir une relation juste et équilibrée entre le féminin et le masculin, ainsi que de sauver l’humanité de cette déchirure, de cette dissociation qui l’affecte depuis des temps immémoriaux.

Si la déesse ne renaît pas dans la psyché féminine, l’âme féminine ne peut se régénérer, se renouveler, ni contribuer à la transformation et à l’évolution de la conscience. La femme a donc un rôle primordial à jouer dans ce processus de renaissance et de réincarnation du féminin - cette moitié perdue de l’humanité.


Pour aller plus loin : "La déesse de la prospérité  dans les mythes mésopotamien et

égéen de la descente aux enfers"

par Loannis Loucas

La déesse de la prospérité  dans les mythes m sopotamien
.pdf
Download PDF • 1.20MB

25 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page